Comment aider son enfant à se faire des amis

Un des grands défis pour un enfant est d’apprendre à se faire des amis.

Avant d’avoir des amis, il faut déjà apprendre à devenir soi-même un bon ami.

Vous pouvez penser que c’est quelque chose qui se fait naturellement, pourtant de nombreux enfants ou adolescents sont anxieux et trouvent cela difficile.

Peurs, angoisses, maladresses, un enfant a besoin de se faire des amis pour son bon développement.

Dans ce nouvel article, nous allons voir comment l’aider à se faire des amis et être plus sociable.

 

3 étapes pour aider son enfant à se faire des amis :

Trois étapes pour commencer :

1) Écouter son enfant :

Tout d’abord, donnez à votre enfant une chance de parler. Votre enfant peut se sentir rejeté par ses camarades, il est peut-être sensible ou embarrassé concernant le sujet. Gardez une attitude curieuse, de soutien et de bienveillance, veillez également à ne pas blâmer votre enfant.

Pour en savoir plus, vous devrez peut-être poser des questions concrètes, comme :

  • As-tu joué/passé du temps avec quelqu’un aujourd’hui ?
  • Qu’avez-vous fait ensemble ?
  • Pourquoi aimes-tu jouer/passer du temps avec cet ami ?
  • Que faisaient les autres enfants ?
  • Y a t-il quelqu’un à l’école avec qui tu aimerais jouer / passer du temps ? (Faites-les réfléchir sur qui ils aimeraient avoir comme ami)

 

Idée :

Pour les enfants plus jeunes, faites une liste de tous les élèves de la classe de votre enfant. De cette manière, vous pouvez poser des questions sur les enfants de sa classe par nom. Si vous avez une photo de classe pour faire correspondre les photos aux noms, c’est encore mieux !

Les enfants plus âgés et les adolescents peuvent être plus réticents à entrer dans les détails. Si c’est le cas, il ne faut pas persister. Faites savoir à votre enfant que vous êtes là s’il veut parler. Partagez quelques idées sur ce qui pourrait lui être utile et précisez que se faire des amis, c’est comme n’importe quelle autre compétence – on peut l’améliorer en pratiquant !

 

3) Observer les habiletés sociales de votre enfant :

Recherchez des comportements chez votre enfant qui peuvent, par inadvertance, contrarier les autres enfants. Par exemple, votre enfant évite-t-il le contact visuel avec d’autres personnes ? Votre enfant parle-t-il trop bas à tel point que les autres enfants ne puissent pas l’entendre ? Est-ce que votre enfant sourit (Très important !) ?

Voici différentes façons pour aider votre enfant et jouer le rôle du coach positif :

 

Jeu de rôle : le jeu de rôle est l’une des meilleures manières pour votre enfant de pratiquer de nouvelles compétences sociales dans un environnement sécuritaire. Les jeux de rôles peuvent être simples comme pratiquer sa façon de dire bonjour et au revoir, ou plus difficile comme commencer une conversation, poser une question, ou téléphoner à un nouvel ami.

 

Il est important de commencer par une ou deux compétences sociales spécifiques, afin de ne pas submerger ou désorienter votre enfant.

 

 

Quelques exemples de compétences sociales :

 

  • Compétences du langage non-verbal (le sourire, le contact visuel, la posture, l’expression du visage)
  • La qualité de la voix (le volume de parole, la clarté, la tonalité, le rythme …)
  • Les compétences de conversation basiques (dire bonjour et au revoir, se présenter, poser des questions…)
  • Les qualités en tant qu’ami (offrir son aide, partager, demander aux amis de se joindre à lui, utiliser le téléphone …)

 

Le jeu de rôle en 6 étapes :

Étape 1 : Avec votre enfant, créez une situation pour le jeu de rôle. Assurez-vous que la situation soit aussi réaliste que possible. Par exemple, demander à jouer avec un camarade lors de la récréation, ou même juste sourire et dire bonjour.

Étape 2 : Tout d’abord, montrez à votre enfant comment agir en fonction de la situation (lui montrer le modèle) en utilisant la ou les compétence(s) que vous pratiquez. Pour les deux premières fois, demandez à votre enfant de faire semblant d’être l’autre personne.

Étape 3 : Ensuite, c’est au tour de votre enfant de pratiquer ! Demandez à votre enfant de le faire en portant une attention particulière aux compétences sociales spécifiques sur lesquelles vous vous focalisez.

Étape 4 : Immédiatement après, donner beaucoup d’éloges sur ce que votre enfant a bien fait.

Recherchez attentivement chaque petit signe d’amélioration perceptible. Par exemple:« Bien joué ! Tu as souris et m’a regardé dans les yeux quand tu m’as posé la question. Tu avais l’air très amical. »

Étape 5 : Aborder une chose sur la compétence dont votre enfant pourrait avoir besoin de pratiquer un peu plus, et essayez le jeu de rôle à nouveau. Répétez encore et encore, jusqu’à ce que vous soyez certain que votre enfant puisse le faire spontanément. N’oubliez pas de rendre ces jeux de rôles amusants, pour qu’il ne ressente pas le jeu comme une corvée. L’humour aide ! Voici d’autres exemples de commentaires: 

  • « C’était vraiment un super essai ! Ta voix était agréable et puissante. Que dis-tu de ressayer à nouveau et cette fois-ci, tu me regardes juste un peu plus. »
  • « J’aime la manière dont tu m’as demandé comment j’allais. Cela montrait que tu étais intéressé par moi. Je me demande si ce serait une bonne idée de penser à une ou deux autres choses à dire par la suite, peut-être sur quelque chose que nous avons tous les deux en commun. Trouvons quelques choses et essayons à nouveau. »

Étape 6 : Enfin, pratiquez les nouvelles compétences (par exemple : sourire et le contact visuel) en public. Par exemple, demandez à votre enfant de poser une question à un propriétaire de magasin, commander au fast-food, se présenter au bibliothécaire. Ensuite faites à votre enfant beaucoup d’éloges !

 

Pour les enfants plus jeunes, vous pouvez aussi utiliser des poupées ou des marionnettes pour jouer les situations.

 

Les livres pour se faire des amis sont aussi très utiles !

 

Pour les enfants plus âgés et les adolescents, demandez à votre enfant de regarder attentivement les autres élèves pour voir comment ils traitent les différentes situations sociales.

 

Par exemple : comment les autres enfants se joignent-ils aux jeux à la récréation ? Comment les autres élèves choisissent-ils de s’asseoir à la cantine ? Que disent-ils ? Que font-ils ? Cette approche «détective» permet à votre enfant de modéliser les bons comportements chez les autres et mieux comprendre comment ils fonctionnes.

 

Dans les ateliers de Petit Pousse je demande aux enfants de pratiquer ces exercices entre eux, selon leurs difficultés.

 

Idée :

Prenez une vidéo ou faites un enregistrement audio de votre enfant à la maison. L’examen des pistes vidéo ou audio vont permettre aux enfants de se voir comme les autres les voient. Cela peut aussi rendre les jeux de rôle plus agréables et plus efficaces.

En général, il est important d’examiner et de pratiquer de nouvelles compétences avec votre enfant avant les activités sociales. Les enfants anxieux se sentent plus confiants lorsqu’ils ont un plan.

Voici un exemple de conversation pour aider un enfant à faire un plan :

 

Parent : Alors, quand tu seras arrivé à la fête, quelle est la première personne à qui tu vas dire « salut », comme on l’a pratiqué ?

Enfant : Hmm … Je ne pense pas que je connais quelqu’un qui va … Je ne sais pas ….

Parent : D’accord, voyons. Qui connais-tu ?

Enfant : Euh … Je connais Amy, c’est sa fête. Je suppose que je vais chercher Amy et lui dire « joyeux anniversaire » à elle d’abord.

Parent : C’est une bonne idée !

Enfant : Mais si elle est occupée ou dans la salle de bains ?

Parent : Eh bien, que pourrais-tu faire si cela arrive ?

Enfant : Tout le monde peut me regarder quand je rentre. Je ne sais pas.

Parent : Ils pourraient te regarder, mais c’est probablement parce qu’ils veulent voir qui vient d’entrer. C’est normal. Alors, que penses-tu pouvoir faire si cela arrive?

Enfant : Je suppose que si je ne vois pas Amy, je pourrai aller déposer mon cadeau ou quelque chose comme ça.

Parent : C’est autre chose que tu pourrais faire. Rien d’autre ?

Enfant : La sœur d’Amy pourrait être là. Je pourrais aller lui dire « salut », je suppose…

Parent : C’est une excellente idée! La sœur d’Amy pourrait également t’aider à parler à d’autres enfants, ou s’il y a un jeu, elle t’aidera à t’y joindre. Maintenant, tu as plusieurs plans !

 

3) Créez des objectifs d’amitié avec votre enfant

Un objectif d’amitié est quelque chose que votre enfant peut travailler et qui augmentera ses chances de se faire des amis.

Selon l’anxiété de votre enfant, vous devrez peut-être commencer par de très petits objectifs d’amitié. Il est important de travailler sur un objectif à la fois. Attendez qu’un but soit atteint avant de passer à l’autre.

Certains objectifs d’amitié pourraient ressembler à ça :

 

  • Dire « bonjour » à un camarade de classe
  • Demander à emprunter quelque chose
  • Partager une friandise avec un autre élève
  • Demander de jouer avec un enfant (avant même le début des récréations)
  • Demander de se rejoindre (pour un jeu par exemple)
  • Inviter un ami à jouer
  • Téléphoner à un camarade de classe

 

Au début, votre enfant peut trouver certains de ces objectifs trop risqués. Vous pouvez noter les objectifs d’amitié sur une feuille d’activité. Sur cette feuille, choisissez un but d’amitié et écrivez-le en haut (par exemple, invitez un certain camarade de classe à regarder un film).

Ensuite, pensez à des objectifs plus petits, étape par étape, qui rapprocheront votre enfant de cet objectif d’amitié, comme partager un déjeuner avec un camarade de classe, demander à emprunter un stylo, ou s’asseoir à côté de son ami en classe ou à la bibliothèque de l’école.

 

Quelques conseils supplémentaires pour aider son enfant à se faire des amis :

Encourager les activités extra-scolaires : les clubs organisés, les leçons ou les sports sont une excellente occasion pour votre enfant de rencontrer des amis. Votre enfant est garanti d’avoir au moins une chose en commun avec les autres ! Cela donne aussi l’occasion à votre enfant de rencontrer de nouveaux enfants en dehors de la salle de classe et de l’école.

Définir des dates de jeu régulières : aidez votre enfant à nourrir une ou deux amitiés à travers des dates de jeu régulières. Tout d’abord, demandez à votre enfant qui il aimerait inviter le plus. Si votre enfant a des difficultés à penser à quelqu’un, vous pourriez peut-être organiser une date de jeu avec  d’autres parents qui ont un enfant du même âge.

Choisissez une activité qui sera vraiment attractive pour les autres enfants, comme une soirée « faire sa propre pizza’, un voyage à un parc d’attractions, ou aller voir un film.

 

D’autres conseils pour planifier une date de jeu :

Commencez par inviter un seul enfant. Si votre enfant est angoissé, plus de deux invités pourront le stresser et l »amener à s’isoler. Tant que les amitiés ne deviennent pas plus solides, il est préférable d’inviter un enfant à la fois. Ensuite, vous pouvez construire un plus grand groupe, de trois ou quatre enfants.

 

  • Dates de jeu courtes et agréables. Rendre les dates de jeu initiales brèves, pour que l’ami parte sur une bonne impression afin qu’il veuille revenir. Rendre votre maison amusante et accueillante pour les autres enfants. Votre enfant sera probablement plus susceptible d’inviter ses amis à la maison s’il a de la bonne nourriture et des jeux amusants. Demandez à votre enfant de participer à la sélection ou même à la préparation des activités.

 

  • Surveillez, mais n’interférez pas ! N’oubliez pas que votre enfant est l’hôte. Sauf si votre aide est nécessaire (exemple : arbitrer), vous devriez saluer chaleureusement les invités de votre enfant, faire une petite discussion, puis passer à l’arrière-plan. Une fois l’événement terminé, prenez une minute pour parler avec votre enfant. Quelles parties se sont bien passées ? Quelles parties se sont mal ? Pourquoi ? Avec qui a-t-il le plus parlé ? Etc.Obtenir ces retours de votre enfant vous aidera à suivre ses difficultés. Les commentaires vous donnent également la possibilité d’encourager ses comportements positifs, et montrer que vous vous souciez de la vie sociale de votre enfant.

    Ces informations vous permettront également de préparer les futures visites et les jeux de rôle.

 

  • Avoir une soirée de jeux familiale régulière. Jouer avec votre enfant vous donne la chance de constater comment votre enfant joue. Vous pouvez noter ses forces, et aussi voir les domaines qui ont besoin d’amélioration. Cela vous donnera également une idée des types de jeux ou d’activités à proposer la prochaine fois.

 

  • Donnez à votre enfant des brise-glaces. Emportez des goûters ou un jouet amusant dans le sac de votre enfant à partager avec d’autres camarades de classe.
  • Recruter l’enseignant (ou le conseiller scolaire). L’enseignant de votre enfant a probablement plusieurs idées sur la façon d’aider votre enfant à se faire des amis en classe.

    Par exemple, l’enseignant peut:

 

  • Associer votre enfant à un camarade de classe qui peut être un bon partenaire pour un projet ou une activité
  • Inviter votre enfant à donner de l’aide sur des tâches qui impliquent des interactions « à faible risque » avec vos camarades de classe (par exemple, la collecte de documents, ramasser les copies …)
  • Encourager les autres à apprécier votre enfant en lui faisant partager un passe-temps ou un talent particulier

 

Gardez bien en tête…

 

  • Prenez soin de ne pas faire sentir à votre enfant qu’il est forcé de se faire des amis. Quand un enfant est anxieux, trop de pression peut lui faire se sentir encore plus embarrassé. Le coaching « soft », l’encouragement, et les louanges pour la bravoure sont la clé !
  • Tous les enfants ne sont pas des papillons sociaux. Certains ont besoin de plus de temps pour observer une situation avant de s’y joindre. Laissez votre enfant progresser à son propre rythme.
  • Certains enfants auront naturellement beaucoup d’amis, et certains préfèrent avoir seulement quelques amis proches. La qualité des amitiés est plus importante que la quantité.
  • Développer les compétences sociales est une chose essentielle, et ne doit pas être pris pour acquis. La modélisation, le soutien et la pratique constante permettront d’améliorer la qualité de vie de vos enfants.

 

Vous avez maintenant 3 étapes simples pour encourager votre enfant, l’aider à se faire des amis et être plus sociable.

 

Ne partez pas encore : si cet article vous a plu, vous allez adorer notre pack pour Parent Positif avec toutes nos méthodes et de nouveaux exercices pour développer la vie sociale de votre enfant. C’est gratuit et disponible juste ici. Mais non, ne me remerciez pas :p

 

Merci à Françoise d’avoir publié mon article, j’espère qu’il vous aidera !

Albain de Petit Pousse